chapitre la comptabilité nationale

CHAPITRE COMPLEMENTAIRE: LA COMPTABILITE NATIONALE

INTRODUCTION : (2 p 31)

Selon J.P.Piriou , « la comptabilité nationale est une représentation globale , détaillée et chiffrée de l’économie nationale dans un cadre comptable » . Aussi , risque-t-on de considérer que la comptabilité nationale ( CN ):
- ordonne et quantifie des phénomènes en quelque sorte naturels à l’aide de notions relevant de l’évidence : parc exemple , la consommation , la production , …
- en ce sens , la CN relèverait d’une démarche objectiviste , c’est-à-dire qu’elle serait une photographie du réel
- mais , en réalité , cette conception reste très contestable , la CN reposant sur une démarche constructiviste , c’est-à-dire que si les faits économiques acquièrent du sens , c’est parce qu’ils ne sont pas des fais bruts , mais des résultats , donc des faits construits .
- la CN est donc un produit historique aux confluents de considérations théoriques et de préoccupations pratiques .

Exercice de compréhension :
On peut définir simplement la comptabilité nationale comme une représentation chiffrée synthétique de l'activité économique nationale, décrivant et évaluant les opérations économiques entre les différents pôles de l'économie ; il s'agit alors d'une comptabilité de flux économiques, c'est-à-dire de mouvements intervenant dans une période donnée (le plus souvent, l'année civile). [...]
La comptabilité nationale remplit ainsi une mission d'information statistique. Cet effort d'évaluation est naturellement très important pour porter un jugement sur l'évolution économique d'un pays : les médias sont pleins d'indicateurs quantitatifs, censés traduire les performances économiques de la nation. Mais la comptabilité nationale joue aussi un rôle central pour les décideurs publics qui disposent, grâce à elle, du maximum d'informations, d'une véritable banque de données statistiques, au moment où ils s'apprêtent à arrêter leurs options de politique économique. La comptabilité nationale permet ainsi de guider l'intervention des pouvoirs publics, pour éclairer leurs choix et leur permettre de les expliquer et de les défendre.
Bien que ce point puisse paraître trivial, il est bon de rappeler que la comptabilité nationale n'est pas la réalité économique mais une certaine lecture de cette réalité et le comptable national procède nécessairement, tout comme l'artiste qui exprime par sa peinture sa vision du paysage qui lui fait face, à une interprétation de cette réalité. D'où le caractère conventionnel - et discutable - de certaines définitions et du choix de certains concepts. Ces choix ne sont d'ailleurs pas figés puisque les systèmes de comptes nationaux subissent au cours du temps des transformations nées de la réflexion théorique et des progrès réalisés dans la collecte des données.
Source : C. Descamps, Comptabilité nationale, Bréal, 2002.
Questions :
· Quelles sont les différentes missions qui ont été fixées à la comptabilité nationale ?
· Expliquez la phrase soulignée.

PARTIE I – PRESENTATION DE LA COMPTABILITE NATIONALE

La CN a permis :
d’assurer une unification du langage économique qui permet à tous les acteurs (économiques , politiques et sociaux ) aussi bien au plan national qu’international de débattre en utilisant les mêmes indicateurs ( PIB , taux d’investissement , … )
de disposer une information périodique complète sur l’activité économique d’un pays , donc de pouvoir assurer une compréhension exhaustive de la situation économique d’une nation
d’opérer des comparaisons aussi bien dans le temps que dans l’espace , car les définitions sont identiques partout et invariantes
dans le temps
d’effectuer des prévisions économiques qui réduisent l’incertitude de l’avenir

SECTION I – LE CIRCUIT ECONOMIQUE

INTRODUCTION (3 p 31)

On peut construire le fonctionnement logique de l’économie en distinguant 3 grands types d’opérations complémentaires :
la production crée des biens et des services qui sont destinés à satisfaire une demande
la répartition : cette production engendre des revenus qui sont répartis entre les différents agents ayant contribué au processus de production ( travail , capital ) sous forme de salaires et de profits . Ces rémunérations sont en partie redistribuées par l’Etat par le biais des impôts et des prestations sociales .
ces revenus alimentent la demande adressée à la production répartie entre l’investissement et la consommation

Toute la question est alors de savoir :
si la demande réalisée sous forme de dépenses est égale à la production
s’il ne faut pas prendre en compte les relations avec l’extérieur sous forme d’importations et d’exportations


I – ON PRODUIT DES RICHESSES :LE PIB ET SA MESURE

A – LA PRODUCTION

1 – DEFINITION

La production est l’activité socialement organisée consistant à créer des biens et des services s’échangeant habituellement sur le marché ou obtenus à partir de facteurs de production s’échangeant sur le marché.

Explication :

on considère la production comme une activité socialement organisée , c’est-à-dire qu’on ne retiendra comme productive que les activités auxquelles s’intéresse la société , c’est-à-dire celles qu’elle est prête à financer . Ainsi , les tâches domestiques prises en charge par la ménagère ne sont pas un service productif , car elles sont gratuites et n’assurent pas de rémunération .
la production consiste à créer des biens et des services , c’est-à-dire que les biens librement accessibles ( dits libres comme l’air ) ni les biens d’occasion d’ailleurs ne relèvent pas de la production
sont considérés comme productives toutes les activités qui font l’objet d’une vente des biens ou des services créés sur un marché ou alors des services qui sont mis à la disposition du public gratuitement ( éducation , justice ) , mais dont les agents qui les rendent sont rémunérés .
la production retenue par la comptabilité nationale se limite à celle réalisée par une unité résidant sur le territoire nationale : on retient don un critère géographique et non de nationalité.


2 – LA DISTINCTION PRODUCTION MARCHANDE- PRODUCTION NON MARCHANDE

On distingue 2 types de biens et services :
les biens et services marchands c’est-à-dire ceux qui sont échangés sur un marché contre un prix ( exemple : l’achat d’une voiture par un ménage , le prix du bien visant au moins à couvrir les coûts de production qu’il a nécessité ) .
Remarque : on considère par convention que tous les biens sont dits marchands
les services non marchands ce sont des services qui sont fournis gratuitement ou dont le prix demandé couvre moins de la moitié du coût de production ( exemple : l’enseignement dans le lycée , le service rendu par la justice ne donnent lieu à aucune facture à l’usager ) . C’est le contribuable qui finance la production , quelle que soit l’utilisation qu’il en face ( exemple : un couple dans enfants financera l’éducation par le biais des impôts )
Remarque : on mesure la valeur de ces services non marchands par leur coût de production puisqu’ils n’ont pas de prix de marché .

Rappel : la production de services domestiques n’est pas comptabilisée car elle n’a pas de prix et que les agents qui la réalisent (par exemple mère ou père ou foyer ) ne sont pas rémunérés .


B- LA MESURE DE LA PRODUCTION : LA VALEUR AJOUTEE(11 p37)

L’entreprise ajoute de la valeur aux biens et services qu’elle transforme, c’est la valeur ajoutée qui est la différence entre la valeur de la production de l’entreprise, c’est-à-dire son chiffre d’affaires et la valeur des biens et services utilisés pour réaliser cette production et qui seront détruits au cours du processus productif ou incorporés dans des produits plus élaborés( 5 p 32 : les consommations intermédiaires ) .

VAB = CA - CI

C – LA MESURE DE LA RICHESSE D’ UN PAYS : LE PIB et le PNB

1 – LE PRODUIT INTERIEUR BRUT ( PIB )

Le PIB représente la somme des valeurs ajoutées brutes produites par les unités résidentes , c’est-à-dire présentes sur le territoire national depuis un an .

PIB = PIB marchand + PIB non marchand

PIB marchand = VA + TVA + Droits de douane

2 – LE PRODUIT NATIONAL BRUT (PNB )

PNB = PIB + Revenus des facteurs reçus du reste du monde - Revenus des facteurs versés au reste du monde

On s’intéresse donc ici non pas à la production des unités résidentes dans le pays mais à la valeur ajoutée dégagée quelque soit leur lieu d’installation par les entreprises ayant la nationalité du pays .

Exemple de compréhension : Prenons le cas d’une filiale d’une entreprise américaine installée en France :
sa production sera incluse dans le PIB français dans la mesure où cette unité de production réside en France
mais comme une partie du capital , donc des facteurs de production , a été fournie par des non résidents implantés aux Etats-Unis , on retirera , pour calculer le PNB , une partie de la valeur ajoutée dégagée par cette entreprise , celle qui a servi à rémunérer les apporteurs de capitaux présents aux Etats-Unis et qui sort donc du territoire national.

Remarques :
le PNB est l’indicateur qui sert de base aux comparaisons internationales
dans un contexte de mondialisation et de développement des firmes multinationales , les écarts entre le PIB et le PNB qui étaient réduits quand les entreprises nationales s’intéressaient uniquement au marché intérieur , ne cessent d’augmenter .


II- ON REPARTIT LES RICHESSES : LE REVENU

A – QUE REPARTIT-ON ? : DU PIB AU REVENU NATIONAL

Le PIB mesure toutes les activités génératrices de revenu , mais une partie du PIB n’est pas distribuable . En effet , il faut bien renouveler les équipements usés ou obsolètes . On appelle amortissement la mesure de cette usure .

L’amortissement désigne l’opération permettant de financer le renouvellement des équipements et des biens de production pour tenir compte de leur vieillissement . Pour cela , l’entreprise met de côté des capitaux chaque année ( on dit qu’elle amortit une partie de son capital ) afin de reconstituer son capital technique usé ou obsolète .

Le PIN ( Produit Intérieur Net ) = PIB - Amortissement

En outre , une partie des revenus distribuables sort du territoire national ( par exemple , la rémunération des brevets déposés par les entreprises étrangères , les intérêts versés aux prêteurs étrangers ) . Inversement , des revenus perçus à l’étranger sont rapatriés ( les salaires des coopérants , la rémunération des brevets des entreprises nationales ) .

RN ( Revenu National ) ou PNN ( Produit National Net ) = PIN + Solde des Revenus versés et reçus du reste du Monde

B- ENTRE QUI REPARTIT-ON ?

Après avoir été créé par l’activité productrices des entreprises , la VA est ensuite répartie entre différents bénéficiaires qui perçoivent ainsi des revenus . On distingue 5 types de bénéficiaires répartis en 3 catégories :

Bénéficiaires
Type d’apport
Salarié
Fournit le facteur travail qui contribue à l’activité productive
Apporteurs de capitaux


entreprise

Elle opère un financement interne des investissements et met en œuvre la combinaison productive
prêteurs

Il contribue au financement externe des investissements . Ceux sont des créanciers et non des propriétaires de l’entreprise
les actionnaires

Il sont propriétaires de parts de capital de l’entreprise appelées actions ( dans le cas d’une SA ( Société Anonyme ) ; l’émission d’actions permet de financer de nouveaux investissements
L’Etat
La construction et l’entretien des infrastructures ( routes par exemple ) et la formation et la qualification de la main d’œuvre contribue à l’activité de l’entreprise
C – DU REVENU PRIMAIRE AU REVENU DISPONIBLE

1 – LE REVENU PRIMAIRE DES MENAGES

Les revenus primaires sont les revenus qui sont immédiatement reçus par les agents économiques en rémunération des facteurs de production ( travail et capital )

Revenu National ( RN ) = Somme des Revenus Primaires distribuées aux unités économiques distribuées à la production

On distingue 3 types de revenus primaires :
les revenus d’activité ou revenus du travail qui rémunèrent les agents économiques ayant fourni leur force de travail
les revenus du capital ou revenus de la propriété qui sont des revenus provenant de la propriété des biens ou de placements financiers . On peut distinguer :
+ les revenus immobiliers qui rémunèrent le patrimoine immobilier sous forme de loyers , fermages , …
+ les revenus mobiliers qui proviennent de la possession d’un patrimoine financier , soit sous forme d’actions dont la rémunération est le dividende , soit sous forme d’obligations ou de possession d’un livret d’épargne dont la rémunération est l’intérêt
les revenu mixtes : certains revenus sont à la fois des revenus du travail et du capital . Ainsi , les entrepreneurs individuels qui sont propriétaires de leur entreprise utilisent un outil de travail pour mettre en œuvre leur activité . Le revenu qu’ils perçoivent est donc mixte ; il rémunère à la fois le travail fourni et le patrimoine nécessaire à l’activité .

2 – VERS LE REVENU DISPONIBLE Capul rouge hatier p 370



III - L’UTILISATION DES RICHESSES

A - LES DIFFERENTES UTILISATIONS DU REVENU

1 – LA CONSOMMATION (5 p 32)

INTRODUCTION : DEFINITION

La consommation est la disparition lente ou instantanée, par destruction ou transformation, de biens ou services utilisés. On peut distinguer 3 types de consommation .

a- la consommation finale

Elle est définie , par la CN , comme : « la valeur des biens et des services utilisés pour la satisfaction directe des besoins humains individuels ou collectifs »
Elle correspond donc à la destruction ultime des biens consommés dont la valeur disparaît à tout jamais .
On distingue :
la consommation finale des ménages en biens et services marchands qui comporte essentiellement les achats par les ménages de biens et services marchands , à l’exception des immeubles
la consommation finale non marchande qui correspond à la valeur des services non marchands fournis par les administrations ( ex : éducation , justice )

b- la consommation intermediaire

C’est : « la valeur des biens , autre que les biens d’équipements, et des services marchands consommés lors de la période dans le processus de production » .
Ces biens et ces services consommés disparaissent totalement au cours du processus de production , soit par destruction ( l’électricité consommée pour faire tourner les machines ) , soit par incorporation dans un produit plus élaboré ( ex : le bois dans la fabrication des meubles )

Remarque : Les services non marchands ne font , en aucun cas , partie de la consommation intermédiaire . La consommation de services non marchands est comptabilisée , par convention , comme une consommation finale .


c- la consommation de capital fixe

C’est la consommation productive des biens qui ne disparaissent que partiellement au cours du processus de production car leur durée de vie dépasse celle du processus .


2 – L’INVESTISSEMENT (5 p 33)

- L’investissement consiste en l’achat de biens durables qui sont utilisés pendant plusieurs cycles de production . L’investissement est donc une dépense destinée à accroître ou à maintenir le processus productif .

Remarques :
· l’investissement ne doit pas être confondu avec une consommation intermédiaire puisque l’investissement correspond à l’achat de biens qui vont servir au cours de plusieurs processus de production
· les entreprises ne sont las les seules à investir : l’Etat investit en réalisant des équipements collectifs , ( infrastructures routières , construction d’hôpitaux , … ) . Les ménages investissent en achetant des logements , mais aussi des biens d’équipement s’ils sont des entrepreneurs individuels ( ex : des machines à bois pour des menuisiers ).

- Dans la CN , l’investissement est dénommée « Formation Brute de Capital Fixe ( FBCF ) qui désigne la valeur des biens durables acquis pour être utilisée pour être utilisée pendant au moins un an dans le processus de production »

- Mais , au cours de ces différents processus productifs , le capital s’use ou devient obsolète et doit donc être déclassé . Cette charge d’exploitation est dénommée amortissement .

FNCF = FBCF – Amortissement

- Les entreprises vont réaliser différents types d’investissement :
· l’investissement de remplacement qui sert à compenser l’usure ou l’obsolescence du capital
· les investissements de capacité qui sont destinés à accroître la capacité de production de l’entreprise quand celle-ci voit ses débouchés augmenter
· les investissements de rentabilité ou de productivité qui visent à produire à moindre coût
- pendant longtemps , seul l’investissement matériel , c’est-à-dire celui qui consiste en l’achat de biens d’équipement , de machines , a été reconnu .Mais , dans l’économie moderne , les investissements immatériels qui ne sont pas concrétisés par l’achat de l’objet , mais par des dépenses consacrées à la recherche et au développement , à la formation du personnel , à la publicité , à l’achat de logiciels et de brevets , prennent une place considérable et sont intégrés partiellement à la FBCF ( depuis 2000 , les achats et les dépenses en logiciels sont considérés comme faisant partie de la FBCF et ne sont donc plus considérés comme des consommations intermédiaires )
- le taux d’investissement mesure l’effort d’investissement réalisé par un pays et permet d’opérer ainsi des comparaisons internationales . C’est la part de la richesse produite en 1 année qui est destinée à renouveler et à accroître le potentiel productif :
-
FBCF
taux d’investissement = ------------ x 100
PIB
Rappel : 7 p 35 nathan




B - UNE UTILISATION DIFFERENTE SELON LES SECTEURS INSTITUTIONNELS

INTRODUCTION :

Une unité instiutionnelle correspond à « un centre de décision économique élémentaire caractérisé par l’unicité de comportement et par l’autonomie de décision dans l’exercice de sa fonction principale » l’unité institutionnelle est identifiée par sa fonction principale ( le ménage consomme, la société non financière produit en vue de réaliser un profit) et par l’origine de ses ressources.
Le secteur institutionnel rassemble toutes les unités institutionnelles dont le fonctionnement est identique.

1- LES MENAGES

Définition des ménages : C’est le groupe d’individus occupant une même résidence principale ( qu’ils aient ou non des liens de parenté ) et qui constitue un centre de décisions , du point de vue de la consommation , de l’investissement et de l’épargne .

Remarque : Les entreprises individuelles , dont le patrimoine ne peut être distingué de celui des ménages , sont donc intégrées au secteur des ménages .

- Le secteur institutionnel des ménages regroupe des unités :
· dont la fonction principale est de fournir des facteurs de production ( force de travail et capital )
· dont ils reçoivent une rémunération ( salaires , bénéfices , dividendes ,intérêt … )
· à laquelle s’ajoutent des revenus résultant de la redistribution ( allocations familiales , prestation sociales )
· auxquels on enlève les prélèvements opérés par l’Etat ( impôts , cotisations sociales )
· qu’ils utilisent soit pour consommer , soit pour épargner .

- L’effort de consommation sera fonction du revenu : propension moyenne à consommer :
C
------- = c
R
E
Comme le revenu R = C + E , la propension moyenne à épargner = 1 - c = ---- = e
R

- En effet , on constate que la part du revenu consacré à la consommation est plus élevée dans les catégories ouvrières que chez les cadres .C’est l’inverse pour l’effort d’épargne . On dira que :

la propension marginale à consommer DC < 1
DR
la propension marginale à épargner DE > 1
DR
- Si le revenu disponible brut issu de la répartition primaire et secondaire est supérieure à la consommation finale ,
· alors les ménages dégagent une épargne brute
· une partie de cette épargne servira à financer les acquisitions de logements ou les investissements réalisés par les entreprises individuelles qui représentent la FBCF des ménages .

- Si l’épargne brute des ménages est supérieure à la FBCF plus l’acquisition des terrains ,
· alors on dira que les ménages dégagent une capacité de financement ( inversement un besoin de financement )

Remarque : la situation des ménages dépend , en particulier , de leur âge , c’est-à-dire de leur place dans le cycle de vie. On constate que :
· quand les ménages sont jeunes , au début du cycle de vie , ils se caractérisent par un besoin de financement , car ils ont besoin d’acquérir des biens de consommation durables , donc leur niveau de consommation est élevée , souvent supérieur à leur niveau de revenu disponible , ils s’endettent donc . Le niveau d’endettement sera d’autant plus élevé lorsqu’ils vont acquérir un logement , généralement financé à crédit.
· Dans une deuxième phase , les ménages vont accumuler une épargne , dégager une capacité de financement , car ils sont déjà installés et anticipent leur départ à la retraite
· En fin de cycle de vie , les ménages vont réduire leur effort d’épargne , consommer , contribuer à l’installation de leurs enfants ou petits enfants ; leur capacité de financement diminuera donc .


2 – LES ENTREPRISES : LES SOCIETES NON FINANCIERES (SNF)

- Les SNF ont pou fonction principale de produire des biens et des services non financiers marchands , c’est-à-dire dont le prix de vente est économiquement significatif ( si le prix de vente coûte moins de 50 % du coût de production , l’unité est classée dans le secteur institutionnel des administrations publiques ).

- Ce secteur ne comprend pas toutes les entreprises produisant des biens et des services marchands : sont exclues les entreprises individuelles dont la personnalité juridique n’est pas distincte de celle de l’entrepreneur . Comme on ne peut distinguer le patrimoine de l’entreprise et celui du ménage dont fait partie l’entrepreneur , on rattache les entreprises individuelles au secteur des ménages .


- les entreprises sont :
· traditionnellement classées en fonction de leur activité principale , c’est-à-dire de leur secteur d’activité : elles ne peuvent appartenir qu’à un secteur .
· Mais les entreprises peuvent appartenir à plusieurs branches, car il est rare qu’elles ne réalisent qu’un seul type de biens ( ex : Renault appartient au secteur automobile , mais produit des camions et proposent à ses clients des services financiers).

- La fonction principale de l’entreprise est donc :
· de produire des richesses
· qu’elle répartit entre les agents ayant contribué à sa formation (cf II B)

- Une fois que l’entreprise a rémunéré tous les agents économiques ayant contribué à la production , elle a un revenu disponible qui correspond à son épargne brute . Cette épargne permet de financer la FBCF des entreprises et l’acquisition de terrains 2 cas peuvent alors être distingués:
· le cas le plus fréquent est celui où l’entreprise dispose d’un besoin de financement car les investissements qui lui permettent de développer son activité et sa compétitivité sont supérieurs à sa capacité d’épargne .
· quand les débouchés sont restreints , en cas de réduction de la consommation , l’entreprise est moins incitée à investir ; elle dispose alors d’une capacité de financement qu’elle placera sur les marchés financiers pour en obtenir une rémunération .

schéma : Hatier premiere 98 p 23



3 – LES ADMINISTRATIONS

- Le secteur institutionnel des administrations publiques ( APU ) :
· regroupe les unités institutionnelles dont la fonction principale est de produire des services non marchands ou d’opérer des opération de répartition du revenu ou du patrimoine
· leurs ressources principales sont les prélèvements obligatoires : impôts et cotisations sociales

- Il peut être subdivisé en 3 sous-secteurs :
· l’APU Centrale est formée de l’Etat et des administrations centrales ( ex : Ministère de l’Education Nationale )
· les APU Locales regroupent les collectivités locales ( régions , départements , communes )
· les Administrations de Sécurité Sociale ( ASS ) rassemblent toutes les unités qui distribuent des prestations sociales à partir de cotisations obligatoires

- On peut distinguer deux grands types de consommation finale que l’Etat procure aux ménages :
· les consommations indivisibles : on ne peut en évaluer la consommation individuelle car tout le monde y a accès ( justice , défense )
· les consommations individualisables : on peut déterminer quelles populations en sont les bénéficiaires et il serait possible , si elles étaient transférées à la sphère privée , d’établir une facturation détaillée ( santé , enseignement )


4 –LES SOCIETES FINANCIERES (6 p 33)

Les institutions financières (IF) s'interposent entre les agents à capacité et les agents à besoin de financement et tentent de concilier leurs souhaits contradictoires : les institutions financières regroupent , en effet , les unités dont la fonction principale est de financer ( c’est-à-dire de collecter , transformer et répartir des moyens de financement ) , ou de gérer ces moyens de financement .
Les institutions financières comprennent :
· les établissements de crédit et assimilés ( Banque de France , les banques , les caisses d’épargne , sociétés de bourse )
· les organismes de placements collectifs en valeurs mobilières ( OPCVM )que sont les SICAV et les FCP (fonds commun de placement )
Certains agents économiques ont une capacité, d'autres ont un besoin de financement : le monde est décidément imparfait...
· les premiers doivent donc accroître plus leurs créances que leurs dettes (même s'ils thésaurisent puisque la monnaie alors détenue est une créance) ;
· les seconds doivent faire le contraire.
Pour résoudre leurs problèmes respectifs, les agents à capacité peuvent acheter des bons ou des titres (obligations, actions...) émis par
les agents à besoin : cela augmente les créances des premiers et les dettes des seconds. Ils peuvent également leur consentir directement des prêts, ce qui a le même effet.
Toutefois, ces méthodes sont d'une application limitée, notamment parce que tout le monde ne peut pas émettre des titres (les ménages, par exemple) ; surtout, elles ne concilient pas nécessairement bien les souhaits des créanciers (liquidité...) et des débiteurs (échéances de remboursement suffisamment longues...).
Comme la somme des capacités des SI (y compris le reste du monde) égale la somme de leurs besoins de financement et qu'en conséquence l'accroissement global des créances pendant l'année est identique à celui des dettes , notre problème a certainement une solution : l'univers comptable est décidément parfait...


5 – LE RESTE DU MONDE : L’ ECONOMIE NATIONALE , UNE ECONOMIE OUVERTE SUR L’EXTERIEUR (8p 34)

Aucun pays ne dispose de tous les biens nécessaires à la satisfaction de ses habitants et de ses entreprises . Aussi , la France achète-t-elle , par exemple , les matières premières que son climat ( ex : produits exotiques ) ou que son sol ( ex : pétrole ) ne lui permet pas de produire à faible coût .
Pour pouvoir se procurer ses biens ou ses services à l’étranger , c’est-à-dire importer , l’économie doit vendre( exporter ) au reste du monde ce qu’elle est capable de produire de manière compétitive.


a - la mesure des echanges de biens et de services

a1 La Balance Commerciale

· le solde commercial est la différence entre les exportations ( X : vente de produits nationaux à l’étranger ) et les importations (M : achat de produits à l’étranger ) :
X – M
- On dira que la Balance commerciale est excédentaire si X > M
- On dira que la Balance commerciale est déficitaire si X < M


· On peut aussi calculer un taux de couverture :
X x 100
M
Quand le taux de couverture est > 100 , la Balance commerciale est excédentaire .
Attention : il ne faut pas confondre le taux de couverture et le taux d’ouverture :
X + M x 100
2 PIB
a2 La Balance des transactions courantes regroupe :

· la Balance commerciale qui comptabilise les exportations et les importations de marchandises
· la Balance des invisibles qui comptabilise :
- les opérations d’exportations et d’importations de services ( transports , tourisme , communication , … ) ainsi que certains revenus du travail ( les revenus du travailleur frontalier ) et les revenus du capital sous forme d’intérêts et de dividendes reçus ou versés
- la Balance des transferts courants qui correspondent à des opérations sans contrepartie :ex : le revenu des travailleurs immigrés envoyé dans leur pays d’origine ou les dons ( accordés à la France à d’autres Etats )


Un pays dont la Balance des transactions courantes est déficitaire doit financer ce déficit par des prêts de l’étranger . Aussi est-il bien évident qu’une dégradation de la Balance des Transactions courantes durable est très inquiétante , car il faudra , à terme , rembourser les prêts , verser des intérêts , ce qui représente une menace pour la prospérité et l’indépendance du pays .


b - les déterminants du commerce extérieur

Pour qu’un pays puisse durablement accroître ou au moins maintenir ses parts de marché aussi bien sur son marché domestique que sur les marchés extérieurs , il lui faut être compétitif . ON distingue 2 grande formes de compétitivité :
- la compétitivité-prix qui consiste en la capacité de l’économie à vendre moins cher que ses concurrents , en raison d’une meilleure efficacité entraînant des gains de productivité , de coûts de main d’œuvre réduits
- la compétitivité qualité / structurelle / hors-prix qui consiste en la vente de produits ayant un avantage technologique ou une réputation de qualité ou de service après-vente .
Dans les économies modernes , la compétitivité hors-prix joue un rôle central , car elle permet de rendre le pays moins sensible à la concurrence par les prix , grâce à l’innovation technologique , donc de desserer la contrainte extérieure . En effet , si un pays n’est pas compétitif grâce à des produits de qualité , il ne peut durablement croître plus vite que ses partenaires et doit donc appliquer des politiques de rigueur visant à freiner les importations et doper les exportations . Une politique de spécialisation visant à créer des pôles de compétitivité sur des créneaux porteurs paraît donc nécessaire pour assurer durablement une croissance forte sans détérioration de la Balance commerciale .

SECTION II – L’EQUILIBRE EMPLOIS-RESSOURCES

I – L’IDENTITE EMPLOIS-RESSOURCES

Au cours d’une période donnée , dans une économie donnée , on admet que tous les biens et services produits trouveront un emploi . On distingue 2 cas :

A – EN ECONOMIE FERMEE

En économie fermée , la production totale au cours de la période choisie ( P ) sera utilisée soit :
· sous forme de consommation :
- consommation intermédiaire de biens et services qui servent à réaliser la production durant la période ( CI )
- consommation finale qui correspond aux biens et services utilisés pour la satisfaction directe de besoins individuels ou collectifs ( CF )
· soit contribuera à l’accumulation :
- la FBCF qui correspond aux biens et services produits sur la période en vue d’être utilisés pendant au moins un an dans le processus de production
- on peut y rajouter les variations de stock ( DS ) qui correspondent à la différence entre le stock de biens en début et en fin de période



Cette décomposition des opérations sur biens et services permet d’écrire l’égalité entre , d’une part , les ressources et , d’autre part , les emplois .

Ressources = Emplois
P = ( CI + CF ) + ( FBCF + DS )
production Consommation + Accumulation


B - EN ECONOMIE OUVERTE

Si on envisage un pays ayant des relations avec l’extérieur , c’est-à-dire en économie ouverte , il faut alors prendre en compte les échanges de biens et services avec l’extérieur :
· les importations ( M ) qui viennent s’ajouter aux ressources dont dispose l’économie nationale sur la période
· les exportations ( X ) qui sont livrées à l’extérieur et qui correspondent , de fait , à un emploi des ressources produites par l’économie

Ressources = Emplois
P + M = ( CI + CF ) + ( FBCF + DS ) + X

De plus , on sait que VA = P – CI . On peut donc écrire que P = VA + CI
Au niveau d’un pays , la somme des VA est égale au PIB . On a :P=PIB + CI
· En économie fermée , on a donc : Ressources = Emplois , donc PIB + CI = (CI +CF ) + ( FBCF + DS ) Comme CI apparaît des deux côtés de l’égalité , on peut donc les supprimer , et on a finalement :

PIB = CF + DS +FBCF

· En économie ouverte : PIB + CI + M = (CI + CF ) = ( FBCF +DS ) + X , d’où

PIB + M = CF + FBCF+DS + X



II – L’EQUILIBRE EPARGNE-INVESTISSEMENT

A – EN ECONOMIE FERMEE

En CN , la somme totale des richesses produites est équivalente aux revenus distribués aux différents agents producteurs ( les salariés , les actionnaires , … ) , d’où

le PIB = Revenu , donc R = CF + FBCF +DS
On pose : FBCF + DS = Investissement ( I )
Donc R = CF + I
R – CF = I
On sait que le revenu distribué est soit épargné , soit consommé : R = CF + S ( épargne )

D’où R - CF = S

Conclusion : en économie fermée , l’équilibre économique implique l’égalité entre l’épargne et l’investissement :
I = E


B- EN ECONOMIE OUVERTE

En partant de l’équilibre emplois-ressources déterminé précédemment en économie ouverte :

PIB + M = CF +FBCF + DS +X
Sachant que FBCF +DS= I , on peut alors écrire : PIB + M = ( CF + I ) + X
qui peut se transformer en :
PIB – ( CF + I ) = X- M
CF+I correspond à la demande intérieure réalisée par les agents économiques ( ménages , entreprises , Etat , … ) ,X- M correspond au solde de la Balance Commerciale .

On peut alors distinguer 2 cas :

PIB – ( CF+I ) < 0 , donc X-M < 0 , c’est-à-dire que la demande intérieure étant supérieure aux richesses ou ressources produites sur le territoire , la Balance Commerciale est déficitaire .Comme le PIB qui correspond à la somme des revenus distribués dans le pays ,n’a pas été suffisant pour satisfaire la demande intérieure , l’excès de demande intérieure sur le PIB équivaut à un excès de dépenses des résidents sur le revenu . Les résidents ont donc été obligé de d’opérer des prélèvements sur le patrimoine qu’ils ont accumulé les années précédentes ( leur épargne ) mais leur recours à celle-ci n’a pas suffi , l’économie nationale a dû emprunté au reste du monde. On dit qu’elle a un besoin de financement .

Sachant que PIB – ( CF + I ) = ( X- M ) et que PIB = R ,
on peut écrire : R - C – I = X-M
(R – C ) – I = X- M
Par définition , R - C = E ( le revenu non consommé est épargné ) ,

d’où E - I = X- M

donc si X – M > 0 , alors E – I > 0


PIB- ( CF + I ) > 0 , donc X –M > 0 , c’est-à-dire que la demande intérieure étant inférieure aux ressources produites sur le territoire , la Balance commerciale est excédentaire . Le pays dépense moins qu’il ne gagne , on dire qu’il dispose d’une capacité de financement vis –à-vis du reste du monde auquel il peut donc prêter l’épargne qu’il accumule et qui dépasse ses besoins internes .

Sachant que (R- C) – I = X – M
Par définition , R- C = E
D’ou E – I = X – M

Donc si X - M < 0 , alors E – I < 0





PARTIE II – INTERETS ET LIMITES DE LA COMPTABILITE NATIONALE :
SUJET DE REFLEXION : LE PIB EST-IL UN BON INDICATEUR DE LA CROISSANCE ET DU BIEN-ETRE D’UNE POPULATION ?

QUESTIONS :

1 - Construisez le tableau suivant en vous aidant de tous les documents du dossier

Sous-parties du plan
Références du document
Le PIB représente un progrès

Le PIB est le meilleur indicateur de la richesse et du bien-être matériel dont on dispose, on ne peut s’en passer

Il n’est plus adapté à l’évolution de notre société

C’est un indicateur qui comporte des faiblesses structurelles et qui est idéologiquement connoté,


2 – A partir de l’ébauche de plan élaboré dans le tableau , retrouvez la problématique qui corresponde

DOSSIER DOCUMENTAIRE

DOCUMENT 1 :
La comptabilité nationale et, avec elle, l'évaluation du PIB sont apparus après la Seconde Guerre mondiale, à un moment où la priorité était de reconstruire et de moderniser le pays. Dans ce contexte « fordiste », caractérisé par une production et une consommation de masse de biens fortement standardisés, le taux de croissance du PIB était perçu par la grande majorité des concitoyens comme l'indice essentiel de réussite de notre société. Tout accroissement de celui-ci semblait
alors signifier une avancée vers une meilleure satisfaction des besoins de chacun. Le taux de croissance du PIB était tout à la fois synonyme de progrès et de bonheur. L'économie du « bien être » s'affirmait, selon le mot de Jean Gadrey, comme
une économie du « beaucoup avoir ».
La comptabilité nationale a ainsi pu servir de support à une idéologie productiviste, faisant de la croissance de la production matérielle l'horizon ultime de notre société. En ce sens, cette course à la croissance que nous avons connue durant les Trente glorieuses n'est pas si lointaine du productivisme soviétique, la concurrence des systèmes aidant. Pour autant, l'élaboration de ces « comptes de la puissance », pour reprendre le titre du beau livre de François Fourquet , a aussi permis d'améliorer la transparence de notre société. En identifiant quels secteurs produisaient combien de richesses, la comptabilité nationale a permis aux pouvoirs publics et aux agents privés de mieux maîtriser le fonctionnement de l'éco-
nomie. Elle a également amélioré la perception de la façon dont cette richesse était répartie entre entreprises et ménages et au sein de ceux-ci selon la nature de leurs revenus.
Aujourd'hui encore, les évaluations de la croissance du PIB occupent une place majeure dans le débat économique et social, dans la mesure où il fonde de multiples décisions qui ont un impact essentiel sur la répartition des revenus et donc des richesses marchandes : la fixation des minima sociaux, du Smic, les négociations salariales sont directement influencées par l'évolution de la croissance du PIB.
SOURCE : L.TOUBAL et P.FREMAUX , comment mesurer la richesse ? Alter éco , juin 2001

DOCUMENT 2 :
Le PIB prend en compte toutes les richesses validées par le marché - partant de l'idée que si un bien ou un service est
vendu, c'est qu'une utilité lui est reconnue - ; il intègre également tous les biens et les services produits par la collectivité et financés par prélèvements obligatoires — il comptabilise ce que la collectivité produit à côté du marché, bien souvent pour
en corriger les effets. Le PIB propose ainsi une conception de la richesse qui reflète à la fois les libres choix des individus qui dépensent leur argent, mais aussi les choix collectifs, validés démocratiquement et qui sont de ce fait préjugés utiles à la société.
Sur ces bases, on peut s'interroger, comme le fait Albert Hirschmann , sur ce qui pourrait fonder une vision du bien collectif qui soit réellement supérieure — sur le plan de l'éthique et de la morale - au système de valeurs implicite que prend en compte le PIB. Pour être imparfait, le PIB reflète les deux principaux mécanismes par lesquels se construit le lien social dans les démocraties de marché : l'expression libre de chacun via les mécanismes du marché et l'expression démocratique qui fonde l'action de l'Etat.
L'argument ne manque pas de poids. Il y a eu suffisamment de régimes, au cours du XXe siècle, qui voulaient faire le bien du peuple malgré lui, pour se méfier de tous ceux qui voudraient décréter ce qu est une « vraie » richesse et ce qui ne l'est pas, en imposant à la société leur propre échelle de valeurs, par l'intermédiaire de tel ou tel indicateur.
SOURCE : L.TOUBAL et P.FREMAUX, op cité

DOCUMENT 3 :
On reproche souvent au produit intérieur brut de ne pas « tout » évaluer. Il oublierait ainsi l'économie « souterraine », « non officielle » ou informelle (travail au noir, c'est-à-dire effectué sans que soient acquittés les impôts et cotisations sociales dus et sans respecter la législation du travail) et la fraude ou l'évasion fiscale. C'est inexact. Les comptables nationaux s'efforcent d'introduire une évaluation de ces activités ; ce n'est généralement bien sûr ni simple, ni très précis ; mais pas toujours ; en France, par exemple, les vols dans les magasins sont assez bien évalués globalement ( ils augmentent le revenu des ménages et leur consommation) et la « méthode italienne » dont l'utilisation se généralise en Europe permet de beaucoup mieux cerner l’ ampleur du travail au noir. En 1995 les corrections pour travail au noir, fraude, etc. représentaient 6,5 % du PIB français, c'est-à-dire trois fois la valeur ajoutée de l'agriculture.
Le nouveau système de comptabilité nationale défini par l'ONU en 1993 va plus loin puisqu'il prévoit d'intégrer dans le
PIB les activités illégales, c'est-à-dire la production de biens ou de services interdits par la loi (drogues interdites et autres
activités qui ne peuvent pas être exercées autrement que clandestinement), ce qui devrait rendre un peu plus réalistes les
comptes nationaux de pays tels que la Colombie. Les pays de l'Union européenne ont décidé de ne pas évaluer cette production illégale parce qu'elle n'y joue qu'un rôle marginal. __
Tous ces reproches sont fondés mais manquent leur cible. Reprocher au PIB d'être un mauvais indicateur du bien-être ou de la production utile est vain parce que le PIB n'a jamais été construit dans cette perspective : ce n'est pas un bonheur intérieur brut (BIB), mais d'abord et avant tout un indicateur pour la politique économique, notamment conjoncturelle. Dans cette perspective, c'est moins son niveau que sa variation relative qui intéresse l'économiste. Sur longue période , cette variation est elle-même très délicate à interpréter car les conditions de vie et les produits changent trop pour qu'on puisse considérer qu'on mesure la croissance d'un ensemble homogène.
Nous sommes dans une société qui veut toujours réduire le qualitatif à du quantitatif, et le quantitatif à du monétaire.
Pourquoi participerions-nous à ce réductionnisme ? N'est-ce pas un symptôme d'aliénation que de revendiquer que le
PIB aille encore plus loin dans cette réification des rapports sociaux ? Faudrait-il mesurer tous nos actes, y compris les
plus intimes, aux prix du marché pour que le PIB ait un sens ?
Pour tenter des comparaisons de « bien-être », nécessairement très approximatives, mieux vaut laisser tomber le PIB, qui
est un indicateur de moyens (les biens et services sont des résultats de l'activité productive, mais des moyens pour satis-
faire des besoins individuels et collectifs), et construire un indicateur de résultats (espérance de vie, espérance de vie sans
incapacité, illettrisme, etc.).

SOURCE : J.P.Piriou , Le PIB n'est pas un BIB , la decouverte, 1999

DOCUMENT 4 :
Au total, le PIB, en tant qu'indicateur, valide l'ordre économique et social existant. En prenant en compte sans nuances l'ensemble des biens et des services vendus ou financés par la collectivité, il présume l'utilité de tout ce que produit l'ordre marchand et néglige les richesses produites en dehors. Comme l'explique la philosophe Dominique Méda dans Qu 'est-ce que la richesse ? « notre focalisation - récente [à l'échelle de l'histoire] –sur la production a eu pour conséquence (...) de soumettre l'ensemble des espaces et temps sociaux à la seule logique marchande3
SOURCE : L Toubal et P Frémeaux, op cité

DOCUMENT 5 :
L'approche de l'école anglo-saxonne est principalement quantitative, ce qui a souvent pour conséquence de réduire l'étude du développement à l'étude du produit national brut (PNB), de son évolution et de sa répartition. De la sorte, elle confond croissance et développement. Partant de là, certains auteurs dont Simon Kuznets considèrent que le développement peut se réduire à l'examen du PNB (ou du PIB) par habitant. L'aspect multiforme du développement n'est pas nié, mais les auteurs de l'école anglo-saxonne considèrent que l'examen du PIB par habitant reste encore le meilleur moyen d'appréhender l'ensemble des dimensions du développement. Comme le souligne J. Brutor (1965) : «l'idée que le développement est une notion multidimensionnelle est importante, mais il n'est pas nécessaire de rechercher avec une insistance telle une mesure multidimensionnelle. Dans presque tous les cas, le produit par tête est un substitut efficace». .
Source : P Gaudron, économie du développement, hachette.

DOCUMENT 6 :
Depuis trente ans, le produit de chaque heure de travail a beaucoup plus augmenté en Europe qu'aux Etats-Unis. Autrement dit, la croissance de la productivité y a été bien plus élevée. En France, la productivité horaire dépasse même le niveau américain. Comment est-il possible dans ces conditions que notre niveau de vie ait cessé de rattraper celui des Américains ? L'augmentation de la productivité a été compensée par une baisse du nombre d'heures travaillées, dans une proportion comparable Ainsi, entre 1970 et 2000, la productivité, mesurée par le produit par heures travaillées, a augmenté de 83 en France, contre 38 aux Etats-Unis. Mais, dans le même temps, le nombre d'heures travaillées pour chaque habitant a diminué de 23 chez nous, alorsqu'il augmentait de 26 là-bas. Résultat, le PIB par habitant a enregistré à peu près la même progression de part et d'autre de l'Atlantique.
Au total, l'écart de niveau de vie s'est donc maintenu : le retard européen ne tient pas à une moindre efficacité productive, mais à une moindre utilisation du facteur travail. Les Européens travaillent moins : ils sont moins nombreux à travailler et ceux qui ont un emploi travaillent moins longtemps dans l'année et moins longtemps dans la vie. La divergence dans le nombre d'heures travaillées par habitant de part et d'autre de l'Atlantique est « en train de devenir un déterminant majeur des performances relatives de croissance », note aussi l'OCDE dans les dernières Perspectives de l'emploi.
Que faut-il en conclure ? Pour le FMI, c'est clair : il faut travailler plus. L'augmentation de la quantité de travail doit être la priorité absolue pour la zone euro, et ce par tous les moyens. Et de saluer les accords d'allongement du temps de travail conclus récemment en Allemagne et en France.
Mais on peut, à partir du même constat, tirer des conclusions opposées. C'est ce que fait notamment Olivier Blanchard, professeur d'économie au Massachusetts Institute ofTechnology (MIT), dans un récent article qui prend la vulgate catastrophiste à rebrousse-poil. Selon lui, il faut voir dans le décrochage européen l'expression d'un choix de société et non une défaillance économique. « Les niveaux de productivité sont aujourd'hui à peu près les mêmes dans l'Union européenne et aux Etats-Unis. La principale différence est que l'Europe a utilisé une partie de la hausse de productivité pour augmenter le temps de loisir plutôt que le revenu, tandis que les Etats-Unis ont fait l'inverse. »Cet argumentaire a le mérite de rappeler que le niveau de PIB par habitant n'est pas un objectif en soi. Une société peut préférer une durée du travail plus faible quitte à limiter son revenu par habitant, sans que cela lui procure moins de bien-être. Le PIB ne mesure pas en effet la satisfaction liée au libre usage de son temps. Il ne valorise pas non plus le produit du travail non rémunéré que l'on effectue durant le temps libre et dont l'importance varie beaucoup d'un pays à l'autre